Ashita no Sekai



 

Bestiaire des chimères

 :: Avant de s'inscrire :: Informez-vous Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Masculin
Messages : 345

Parmi nous depuis le : 20/07/2011


Compte fondateur
Sujet: Bestiaire des chimères
Jeu 8 Fév - 7:35

Voir le profil de l'utilisateur







BESTIAIRE DES CHIMÈRES




Leur première apparition remonte à 6 ans de ça. Le 20 juillet 2059 exactement, Tokyo vécut avec effroi, une journée que l'on nomme à juste titre « Journée Hurlante ». Dès lors, les manifestations de ces abominations n'ont cessé de se répéter un peu partout dans le pays (uniquement au Japon). Les chasseurs de chimères sont formés à les combattre.

Au premier abord, elles peuvent sembler de même calibre et nature que les animaux sauvages de ce monde. Elles ont d'ailleurs été étudiées, par les plus grands savants du monde entier (personnel du SSN), de la même façon : par comportement, physiologie, tempérament, techniques récurrentes et localisation. Toutefois, faire l'amalgame entre chimères et animaux sauvages serait une erreur dangereuse.

Les chimères sont des créatures avides de sang, dominantes, luttant non pas pour leur survie mais pour devenir les plus grands prédateurs de la planète. Elles menacent l'espèce animale autant que les Hommes, démolissant tout sur leur passage. Rien n'a d'importance à leurs yeux, si ce n'est la conquête et la destruction, il n’est pas rare qu’elles se battent entre elles. Elles sont extrêmement coriaces et vives. Certaines sont dotées d'une grande intelligence, ont calqué les modes de vie des natifs de mère nature avec une aisance inquiétante. Ce que les animaux ont pris des milliers d'années à savoir, elles l'ont assimilé en moins d'une dizaine. D’autres encore manifestent des facultés pour le moins étranges.

/!\ D'autres espèces de chimère vous seront présentés plus tard !


Toute information sujette aux chimères est seulement et obligatoirement communiqué par le SSN qui est l'unique organisme en charge de ces créatures. Les informations récoltées à ce jour restent lacunaires.



Credits: len-yan



Inukan


COMPORTEMENT SOCIAL  Plus la meute est importante, plus elle pourra s'installer loin de toutes agglomérations et donc se mettre à l'abri, ce qui peut constituer des structures allant jusqu'à 30 individus.

PHYSIOLOGIE  L'Inukan est la chimère la plus endurante à la course. Il peut parcourir 60 km en une nuit mais également réaliser des vitesses de pointe d'environ 50 km/h. Nocturne et nyctalope, ses yeux tapissés d'une couche de cellules lui permettant de voir aussi bien que le jour paraissent phosphorescents dans l'obscurité. Les pointes hérissées le long de sa colonne vertébrale lui servent de moyen défensif contre les chimères plus imposantes ne pouvant pas de ce fait les attaquer par le dessus. L'Inukan produit des infrasons en modulant le flux d'air à travers son larynx. Inaudible à l'oreille humaine, nous pouvons partiellement les ressentir à travers notre corps, en particulier avec notre cage thoracique. Elles produisent une impression physique de «présence», de «poids». À forte puissance, les sujets ressentent une peur panique irrépressible bien qu'ils ne perçoivent aucun son. Lors d'une exposition prolongée à faible niveau, les infrasons peuvent causer des troubles nerveux, psychologiques, des angoisses, des tensions émotionnelles, des dépressions, de l'irritation, des nausées, de l'asthénie, des maux de tête, des troubles de la vigilance ou encore de l'équilibre. Ces réactions peuvent être dues à la mise en vibration de certains organes cardio-vasculaires, respiratoires et des globes oculaires. Les deux cornes torsadés au sommet de son crane servent de récepteurs à ces infrasons qui peuvent parcourir de longues distances sans s'atténuer et lui permettent ainsi de communiquer avec sa meute sur plus d'une dizaine de kilomètres.
TEMPÉRAMENT  Ces chimères ont une structure sociale très soudée. Un Inukan en détresse émet de puissants infrasons insupportables pour l'assaillant qui alertent sa meute, ou tout du moins les transmetteurs qui ne tardent à rappliquer. 
TACTIQUES RÉCURRENTES  Les Inukans forment une chaîne de communication entre la meute restant à l'abri et les individus partant à la chasse. Ainsi, la nuit tombée, alors qu'une ou deux de ces chimères se rendent dans les villages isolés, le reste du peloton se divise tous les 5 à 7 km afin de garder une liaison entre l'équipe de ravitaillement et les plus jeunes/vieux/faibles restant sur leur lieu d'habitat. En cas de difficultés dans un sens ou dans l'autre les renforts arrivent donc rapidement mais aident aussi au rapatriement du butin. Au vu du nombre d'individus à nourrir, ce procédé se renouvelle chaque nuit au détriment du village ciblé qui subit une véritable torture psychologique dû aux infrasons. Le manque d'informations précises sur les chimères dans les terres reculées persuade les plus superstitieux que le lieu est hanté par des inugami, chiens démons du folklore japonais et s'offrent aux Inukans pour briser le mauvais sort, ou plus simplement pour en finir avec les nuits d'insomnies et d'angoisses, ce qui n'est pas pour en déplaire à ces chimères...
LOCALISATION  Meutes dissimulées dans les forêts/montagnes, individus isolés généralement repérés aux abords des villages non protégés.

POINTS FORTS  Longue portée de communication, proximité de renforts, endurance physique, nyctalopie, infrasons.
POINTS FAIBLES  Prévisibilité due à sa routine de chasse, structure de la meute inégale dans ces occasions.



Credits: ATAnderson



Inken


COMPORTEMENT SOCIAL  L’organisation sociale des Inkens est assez lâche. Très agressifs les uns envers les autres, les individus vivent seuls mais forment des groupes transitoires qui se font et défont pour coopérer dans la recherche et la capture de nourriture. 

PHYSIOLOGIE  L'Inken est une bête athlétique, taillée pour la course, possédant une colonne vertébrale extrêmement flexible, des pattes fermes pourvus de griffes non-rétractiles fournissant traction et adhérence lors de ses sprints. Les données récoltées sur cette chimère ont montrées des accélérations et décélérations les plus importantes jamais enregistrées pour un animal terrestre. Sa puissance musculaire, son adhérence au sol et la manœuvrabilité de son corps lui permettent de prendre des virages brusques lors de ses poursuites. Ses griffes étant limées par ces courses, il n'hésite pas à utiliser son crâne renforcé comme une masse pour briser la cage thoracique de ses proies en les chargeant. Son front haut et dégagé possède également une fonction réceptive pour son système d'écholocation. Sa vue lui est donc facultative, faisant de lui un prédateur à la fois diurne et nocturne. Son bec puissant et ramassé lui permet de déchiqueter la chaire mais aussi de briser des os tout en préservant ses crocs. La combinaison des rayures marbrant son corps est aussi unique que les empreintes digitales humaines et tiendraient vraisemblablement un rôle social, leur disposition permettant la reconnaissance des individus entre eux. 
TEMPÉRAMENT  C'est un chasseur organisé, disposant d'une capacité d'analyse de l'environnement exceptionnelle, pouvant comprendre, réfléchir et mettre au point une stratégie de chasse. Ils communiquent entre eux par des cliquètements assourdis, ce qui les rend difficilement localisable sur un terrain non dégagé et créé généralement une certaine panique sur leurs proies se sentant alors acculées, dans l'incapacité de savoir de quel côté fuir. 
TACTIQUES RÉCURRENTES  S'il vous venait un jour de tomber sur un Inken distrait, ne vous remarquant pas, c'est qu'il a sûrement perdu un des fréquents jeux de pouvoir ultra-violent se produisant régulièrement dans leurs rangs (nombreux sont les gueules cassées dans cette espèce). Votre attention focalisée sur lui, sur la manière de vous déployer pour le prendre par surprise, ne vous laissera que peu de temps pour réaliser que vous êtes déjà encerclé et qu'il n'était qu'un appât. Ce n'est qu'un exemple de leurs nombreuses tactiques de chasses, celle-ci étant particulièrement récurrente, mais elles évoluent à chaque nouvelle rencontre, ce qui fait du Inken un prédateur redoutable.
LOCALISATION  Imprévisible, aucun environnement privilégié.

POINTS FORTS  Intelligence, faculté d'adaptation, stratégie coopérative, vitesse, souplesse.
POINTS FAIBLES  Mésentente entre eux, dominance exacerbée.



Credits: Kez Laczin



Wanitokage


COMPORTEMENT SOCIAL  Les Wanitokages sont des chimères solitaires et extrêmement territoriales.

PHYSIOLOGIE  Dépourvu d'yeux, les Wanitokages se repèrent en sentant les odeurs et les déplacements d'air grâce à quatre vibrisses extrasensibles (deux petites sur la mâchoire inférieure et deux autres plus importantes sur la supérieure) reliées aux centres olfactifs de leur cerveau. Ce système leur donne une image thermique de leur environnement. Sensibles aux radiations infrarouges, ils peuvent percevoir les plus infimes changements de température. La peau du Wanitokage est renforcée par des plaques munies de petits os appelés ostéodermes qui forment une sorte de cotte de maille. Amoché par leurs fréquents combats intra et inter espèce, ses épines dorsales sont néanmoins aussi tranchantes que des lames de rasoir. Mobiles, celles près de sa gueule se déploient quand il adopte un comportement menaçant, les faisant vibrer à plus de 60 oscillations par seconde et produit ainsi un bruit de crécelle inquiétant à l'image des crotales. Il fut relevé que de nombreuses espèces succombaient de septicémie à la suite de l'infection d'une plaie causée par les épines du Wanitokage qui contiendraient des bactéries mortelles. Il n'existe pas d'antivenin spécifique pour ces blessures mais on peut généralement traiter la plaie par nettoyage de la lésion et par administration de fortes doses d'antibiotiques. Si elle n'est pas traitée au plus tôt, une nécrose locale peut rapidement se développer, pouvant nécessiter l'exérèse de la zone, voire l'amputation du membre touché.
TEMPÉRAMENT  Très attaché à son territoire, le Wanitokage ne tolère aucun autre membre de son espèce sur celui-ci. Cet espace précisément délimité est adapté à ses besoins en nourriture, tout intrusion d'un autre Wanitokage est donc vouée à l'affrontement. De plus, ils font partie des rares vertébrés capables de parthénogenèse, un mode de reproduction dans lequel les femelles peuvent pondre des œufs viables en l'absence de mâles, ce qui réduit encore plus leurs interactions. Elles pondent en moyenne une vingtaine d’œufs dans des nids et l'éclosion a lieu en avril, quand les mammifères sont plus abondants. Les jeunes restent cependant vulnérables et se réfugient dans les arbres à l'abri des adultes cannibales, peu d'entre eux atteignent l'âge adulte.
TACTIQUES RÉCURRENTES  Très agiles en milieu aquatique et pouvant rester 45 minutes immergés, les Wanitokages guettent leurs proies dans des cours d'eau stagnante. L'impact de leur morsure peut atteindre près de 2300 kilos de force ce qui leur suffit largement pour s'alimenter. De la longueur du corps, leurs queues leurs servent à balayer ses ennemies lorsqu'ils sont en surnombre. Viser ses vibrisses lors d'un affrontement est une tactique à double tranchant : la perte de ses sens déchaîne sa fureur et dans un sursaut d'instinct de survie le Wanitokage se comporte alors de manière totalement imprévisible (principalement dû à sa soudaine cécité).
LOCALISATION  Zones marécageuses, forêt en abord de rivière, dans des environnements d'eau douce comme les étangs, les lacs, ainsi que dans les milieux saumâtres.

POINTS FORTS  Vision thermique, peau robuste, gueule puissante, épines acérées et infectieuses.
POINTS FAIBLES  Majorité de ses sens concentrés dans ses vibrisses, taille handicapante sur un terrain non-dégagé.



Credits: Smirtouille



Gekirin


COMPORTEMENT SOCIAL  En considérant les ressources alimentaires nécessaires pour un seul individu, comme pour la majorité des chimères de cette envergure, le Gekirin reste strictement solitaire.

PHYSIOLOGIE  Le Gekirin est équipé d'une véritable artillerie: Un tiers de sa queue est composé d'un cartilage souple extrêmement tranchant nommé « feuillet » en référence aux couteaux de boucher, ce qui illustre pleinement les dégâts qu'elle peut occasionner.
Ses griffes imposantes dépassent aisément le mètre. Deux par pattes se distinguent des autres: les premières, en forme de crochets, sont positionnés sur le côté intérieur et sont retenues par un tendon capable de les relever verticalement. Les secondes, sur l'extérieur, sont pourvues de lames semblables à celle de son feuillet.
La structure complexe des larges pattes des Gekirins est disposée de manière à lui assurer une stabilité adaptée à tous types de terrains. Sa musculature puissante et manifeste lui est d'un grand avantage lors de ses courses poursuite. Après avoir ferrés leurs proies, les Gekirins peuvent tout à loisir les déchiqueter de leurs 70 dents acérées.
Son épaisse peau d'un noir profond est renforcée de fibres de carbones qui, rappelons-le, est un matériau incontestablement reconnu pour sa forte résistance. Cette cuirasse lui est un atout non négligeable : ainsi le Gekirin peut charger sans se préoccuper des potentielles blessures qu'il pourrait s'auto-infliger, et par ce fait, aura tendance à poursuivre sa proie en ligne droite, ignorant tout obstacle qui pourrait se trouver entre elle et lui.
TEMPÉRAMENT  Principalement actif au crépuscule et la nuit, le Gekirin (littéralement « colère impériale ») est une chimère nerveuse à l’affût de toutes proies pouvant se présenter à elle. Son agressivité n'a d'égale que son imprévisibilité : le choix de sa cible se définit de manière totalement aléatoire et surprend par l'illogisme qu'elle peut révéler. Si bien que son obstination à ne pas changer d'objectif peut lui être fatal lorsqu'elle jette son dévolu sur plus fort qu'elle alors que d'autres proies plus modestes serait à sa portée.
TACTIQUES RÉCURRENTES  Telle une furie dotée d’œillères, le Gekirin verrouille une cible unique et ne la lâche pas tant que celle-ci n'est pas exterminé et ce qu'importe les éléments perturbateurs l'entourant. Chasseurs prenez garde, la stratégie fortement préconisé par l'académie peut paraître surprenante mais si vous êtes pris pour cible, ne jouez pas les héros, fuyez. Votre self control déterminera de votre sort car, l'attention du Gekirin entièrement focalisé sur vous, ce sont vos déplacements qui permettront à votre escouade de l'abattre. Alors tentez au mieux de faciliter l'approche de vos coéquipiers si vous tenez à votre vie : votre endurance, aussi performante soit-elle, ne peut surplomber la ténacité du Gekirin.
LOCALISATION  Le Gekirin ne se contente pas d'un territoire proprement délimité. Il se déplacerait vraisemblablement au grès du gibier disponible, abandonnant dans son sillage des secteurs entiers dépeuplés par ses soins.
 
POINTS FORTS  Détermination, puissance musculaire, feuillet effilé, griffes impressionnantes, cuirasse renforcée de carbone.
POINTS FAIBLES  Attention focalisée sur une cible, ignore alors l'environnement qui l'entoure, obstacles et Chasseurs l'affrontant compris.

Revenir en haut Aller en bas

Bestiaire des chimères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le Murmure des Chimères
» Les Chimères
» Bestiaire
» Bestiaire fantastique
» ~ Le Bestiaire ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHITA NO SEKAI :: Avant de s'inscrire :: Informez-vous-
Sauter vers: