Ashita no Sekai



 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Masculin

Métier : Agent immobilier

Avatar : Bucky - Marvel
Messages : 15
Parmi nous depuis le : 25/10/2018


Civil intra-muros
Sujet: run run run (+akiba)
Mar 30 Oct - 0:32

Voir le profil de l'utilisateur



run run run
Le grand air frais. Le vent qui siffle aux oreilles. Le bruit régulier des pas qui s’enfoncent dans la terre. Il n’y a vraiment rien à jeter dans la course à pied. Même l'essoufflement en fin de session se faisait sentir comme de quelque chose de bon, quelque chose de sain, quelque chose qu'on redemande encore et encore. Marko adorait courir. Parmi tous les sports qu’il avait pratiqué, c’était probablement l’un de ses préférés, second seulement à la boxe qui lui permettait de se défouler sans avoir à casser plus de choses chez lui. La course avait tout un tas d’effets bénéfiques sur sa personne. Ca lui permettait de commencer la journée frais et réveillé, prêt à tout affronter ; ou alors à la finir épuisé par une bonne fatigue plutôt que par les casses têtes que pouvaient êtres les ventes immobilières dans les quartiers de son agence.

Avant, il courrait en écoutant de la musique. Quelque chose de rythmé sans être endiablé, sur quoi il pouvait caler ses foulées et se concentrer pour s’évader, penser à autre chose. Souvent il se racontait des petites histoires dans sa tête, pour meubler son imagination quand il commençait à fatiguer mais qu’il était encore loin de la fin de son parcours. Il ne pensait plus à la fatigue, ni à la douleur dans les jambes, mais seulement à son alter ego capitaine émérite d’un vaisseau spatial coincé dans une galaxie en guerre. Evidemment, il était toujours le héros de l’histoire, celui qui ne mourrait jamais mais qui avait quand même une statue à son effigie dans le centre ville de la plus belles des métropoles sur la plus belle des planètes. Au moins dans ses rêves, il avait le droit à son moment de gloire.

Mais maintenant s’en était fini de la musique. Au moins il voyait, au plus il avait besoin de ses autres sens pour éviter de finir dans une situation compliquée. S’il ne pouvait pas entendre un cycliste arriver et qu’il décidait de se mettre dans son chemin, ça causerait deux blessés évitables, et ce n’était pas son but. Alors depuis quelques temps maintenant, il courrait en écoutant la nature. Il n’y avait plus que rarement des combats de vaisseaux, juste le chant des oiseaux et le frémissement des feuilles. Maintenant, il courrait juste pour courir, pour faire du sport, plus pour rêvasser à un monde à son image.

Il prenait toujours le même chemin, aussi. Il essayait de l’apprendre par cœur, ayant l’espoir qu’il puisse continuer à courir même une fois aveugle. Un espoir vide, mais qui dans un sens le motivait à ne pas tout abandonner de suite. Alors il connaissait déjà bien sa route, les arbres et les tournants, les endroits glissants après la pluie et ceux où il y avait des trous. Il les prévoyait à l’avance, les visualisant avant d’y arriver, c’était un peu son nouveau jeu ; il se sentait un peu devin, alors que ce n’était rien d’autre que de l’habitude.

Ce jour là, sa course avait bien commencé. Il s’était échauffé, avait pris le même chemin qu’à chaque fois, et s’était élancé à une allure parfaite, s’assurant de ne pas se fatiguer rapidement. Fallait dire qu’il connaissait bien les techniques, depuis le temps. Il savait quand souffler, quand boire, quand accélérer. Mais là aussi, ça ne dépendait peut-être que de ses habitudes.

Et puis, au bout d’un moment, il y avait eu quelque chose qui était venu le gêner. Au début il avait pensé à un animal. Un chat peut-être, qui lui serai passé derrière. Ou un oiseau qui se serai bruyamment envolé dans son dos. Mais au plus le temps passait, au moins ces hypothèses semblaient plausibles. Quelqu’un le suivait. Il entendait les pas, il entendait le souffle. Mais il ne le voyait pas. Même quand il avait essayé de regarder discrètement par dessus son épaule, il n’avait rien vu. La personne qui le suivait devait être dans son angle mort. Ce n’était pas chose compliquée tant cet angle était large, même un avion de ligne long courrier pourrait y passer inaperçu.

Il avait attendu un peu, pour vérifier si la personne prenait un autre tournant, ou si elle ralentissait, mais rien de tout ça. Alors oui, Marko commençait à s’inquiéter. Pour rien sûrement, mais il avait vu beaucoup de films dans sa vie, et dans ceux-ci, ce genre de situation ne sentait jamais bon. Il fallait qu’il réfléchisse, vite, pour tester l’autre, essayer de deviner ce qu’il lui voulait.

Certains se seraient mis à cavaler, à déployer toutes leurs forces physiques pour tenter de battre le record du cent mètre et semer leur stalker. Mais pas Marko. Lui ne pensait pas comme ça. Lui c’était un cogneur, le genre à ne pas fuir les problèmes dans lesquels il pouvait frapper, et celui là en était un. Ne l’ayant même pas vu de ses propres yeux, il prenait un risque certain, mais dans sa tête il était forcément le plus fort, celui qui gagnerai. Le capitaine acclamé.

Alors il s’arrêta net dans sa course. Les deux pieds plantés au sol, droit comme un piquet, à attendre son sort et la réaction de l’étranger. S’il le dépassait et continuait son petit bonhomme de chemin, Marko reprendrait sa course. Si non... bwah, il y réfléchira en temps et en heure. La planification, c’est pas vraiment son truc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin

Métier : Apprenti

Messages : 16
Parmi nous depuis le : 25/10/2018

Sujet: Re: run run run (+akiba)
Mar 30 Oct - 17:44

Voir le profil de l'utilisateur




Informations complémentaires
Depuis: Deux mois.
Réputation:
Arme(s) utilisée(s): Epée longue appartenant à son père.














Run run run
Pas le temps d'avoir récupéré de l'entrainement d'hier à l'académie, Akiba lasse ses chaussures de courses et le voilà parti pour un de ses parcours préférés. Il a l'impression qu'il passe sa vie à faire ça en ce moment: oublier tout ce qui est à la limite de l'inutile pour se concentrer uniquement sur son entrainement et ses cours. Seule une alimentation régulière réussit à survivre à sa routine infernale, et encore, ça ne serait pas par flemme mais par manque de temps qu'il en viendrait presque à oublier de manger. Mais ce n'est pas le moment de réfléchir à ça.

Une fois sorti de son quartier en trottinant, après une série de virages parfois inutile mais qui l'échauffe en le faisant passer par des pentes et des montées, le voilà qui prend la direction d'un petit parcours qu'il aime bien, celui étant presque "destiné" aux coureurs pour s'entrainer. En plus, on y trouve quelques arbres et quelques endroits pour s'arrêter faire une petite pause quand le souffle vient à nous manquer ou qu'une crampe se fait ressentir. Par chance, le temps n'a pas l'air si couvert que ça aujourd'hui, ça devrait au moins lui éviter une pluie sur le coin du museau.

Les poids qu'il porte aux chevilles et aux poignets sont devenus une habitude à présent, il remarque à peine leur présence à force de les porter pour le moindre exercice physique. Un kilo à chaque membre, ça peut sembler risible pour certains, mais accompagné de mouvements sur des durées plus ou moins longues, ça l'aide à se renforcer musculairement au final. Quand Akiba sera chasseur, en partant du principe qu'il finira ses études sans soucis, il portera un équipement sur lui d'un certain poids en permanence et parfois durant des courses effrenés. La combinaison avec l'Hunteart l'aidera évidemment à être meilleur physiquement, mais encore faut-il réussir à surpasser tout ça, cette douleur et tout ce qui va avec...

Le voilà à présent arrivé au parcours qu'il aime tant visité, parfois peuplé d'autres coureurs, parfois désert. Ce sera la première option pour cette fois: un homme plus vieux que lui, pas de beaucoup surement, à peine dans la trentaine peut-être, qui passe devant lui à un bon rythme. L'Apprenti Chasseur n'a guère l'esprit de compétition, vouloir rattraper cette personne pour la dépasser serait un effort inutile et surtout des plus puériles. Pourtant, après avoir commencé à le suivre pendant quelques secondes, quelque chose piqua la curiosité d'Akiba: les trajectoires du coureur devant lui sont... tellement impecables. Même lorsqu'il passe près de certains obstacles, le corps de l'individu a l'air de connaître chaque détail de ce parcours.

Pensant au départ suivre le même chemin uniquement pendant quelques secondes, pour ne pas donner l'impression à cet autre homme qu'il le suit, voilà qu'Akiba le suit, à plusieurs mètres de distance, continuant simplement à réfléchir au parcours de cet homme, se demandant s'il arrivera un jour à un tel niveau de concentration lorsqu'il fera des parcours ou qu'il sera en opération dans quelques années. Le fait qu'il n'ait aucun écouteur sur les oreilles et tout aussi bluffant quand on y réfléchit, vu qu'aucun bruit ne semble le perturber. C'est presque bizarre d'ailleurs que ses trajectoires soient si propre: la tête de l'individu n'a pratiquement pas bougé une seule fois, ou peut-être juste pour regarder par dessus son épaule pour apercevoir Akiba, mais c'est un reflèxe de coureur quand on est suivi dans son jogging. Son regard n'a t-il pas été tenté de regarder au loin parfois? De remarquer les oiseaux qui passent parfois d'un arbre à l'autre dans un certain silence?

Alors qu'Akiba se persuadait qu'il était surement trop observateur à ce qui l'entoure parfois, l'homme devant lui s'arrête brusquement, raide comme un piquet, ce qui force le jeune homme qui le suit à en faire de même, bien que pas aussi brusquement. Avec son air neutre habituel, affichant un peu de curiosité en plus, l'Apprenti Chasseur s'avance un peu pour voir le coureur qu'il suivait, peut-être que ce dernier a un souci? Il avance jusqu'à arriver à ses côtés, sans trop le coller, et lui demande:

Bonjour, excusez moi... y a t-il un problème?

Le ton est relativement simple, il ne se veut pas aggressif ou méfiant, Akiba demanda ça de la même façon qu'on pourrait demander l'heure à quelqu'un. La petite pause lui fait un peu de bien, c'est vrai que le rythme de course de son nouvel interlocuteur est un brin plus rapide que le sien, donc reprendre son souffle n'est pas plus mal!

©️ PHOENIX O'CONNELL
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin

Métier : Agent immobilier

Avatar : Bucky - Marvel
Messages : 15
Parmi nous depuis le : 25/10/2018


Civil intra-muros
Sujet: Re: run run run (+akiba)
Jeu 1 Nov - 20:01

Voir le profil de l'utilisateur



run run run
Bon, tout ça ne sentait vraiment pas bon. Les pas derrière lui s’étaient arrêtés également. Comme si on cherchait à l’imiter. Ou à se cacher, peut-être. Marko serra les poings, prêt à en découdre s’il y avait besoin. Il ne savait pas après quoi on pouvait en avoir puisqu’il ne portait jamais de spécial sur lui quand il sortait courir, mais l’étranger à l’arrière devait sûrement s’imaginer qu’il cachait une fortune ou un outil coûteux dans l’une de ses poches. Ah ! Il allait être déçu !

Marko s’apprêtait à se retourner, pour demander à l’autre ce qu’il lui voulait et si ça le dérangerait de dégager de son chemin, mais avant qu’il n’ai pu bouger, les pas reprirent. Lentement, de la marche et non de la course, et ils s’approchaient. Il les laissaient venir alors, se disant qu’il n’aurait peut-être pas besoin de poser la question pour avoir sa réponse. L’étranger s’arrêta à son niveau, et Marko tourna la tête pour essayer de le regarder. « Bonjour, excusez moi... y a t-il un problème? » Ah, quelle question !

Marko recula d’un pas, ce qui lui permettrait d’observer plus facilement son interlocuteur. Il ne semblait pas particulièrement dangereux. Et n’avait pas non plus le profil type de l’emmerdeur. Mis à part peut-être ses cheveux roses, que Marko n’avait pas pu s’empêcher de remarquer quand il l’avait examiné et qu’il qualifiait silencieusement de doigt dirigé au conformisme. Mais ce n’était pas important. Parce que l’étranger lui avait posé une question, et il ne comptait pas le laisser sans réponse. Ca non.

« Un problème ? A vous de me dire ! » Il fronçait les sourcils, cherchant à communiquer le fait qu’il n’aimait pas trop qu’on lui suive pendant son jogging pour ensuite venir jouer les innocents en lui demander s’il y avait un problème. « Vous me suivez, mais à part ça aucun problème ! » Son ton était sec, un poil énervé et plein de sarcasme sur la fin de sa phrase. Et aussi peut-être un peu déçu aussi de ne pas pas avoir à se castagner - il devrait se contenter du sac qui était pendu chez lui.

S’attendant à ce que l’étranger se défende, il n’attendit pas une seconde pour enchaîner ses paroles. Histoire de dire tout ce qu’il avait à dire avant que l’autre ne puisse sortir un quelconque petit mensonge qui pourrait le dédouaner. « Et pas besoin de faire semblant, j’sais que vous m’suiviez. Je vous entends derrière moi depuis... » Marko regarda une seconde autour de lui et commença à agiter ses bras vers une direction, un peu plus loin sur le chemin qu’ils avaient déjà parcouru. « depuis loin ! » Malheureusement il n’était pas capable de donner un lieu exact, notamment parce que sur le coup il n’en avait pas pensé grand chose, mais il savait que ça faisait un moment qu’il entendait pinkboy s'essouffler derrière lui et avait donc jugé que « loin » serait un repère tout à fait légitime à donner.

Maintenant il lui faudrait des réponses. Il était prêt à écouter ce qu’on avait à lui dire, mais il ne se retiendrait pas de le faire savoir si les explications ne lui convenaient pas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin

Métier : Apprenti

Messages : 16
Parmi nous depuis le : 25/10/2018

Sujet: Re: run run run (+akiba)
Dim 11 Nov - 5:12

Voir le profil de l'utilisateur




Informations complémentaires
Depuis: Deux mois.
Réputation:
Arme(s) utilisée(s): Epée longue appartenant à son père.














Run run run
A la surprise d'Akiba, l'homme qu'il a suivi depuis un moment, sans vraiment vouloir être insistant, s'énerve assez vivement contre lui, plus qu'on pourrait s'y attendre en tout cas. Le jeune apprenti se demande bien ce qu'il a pu faire de mal les premières secondes avant que, sur un ton sarcastique, son interlocuteur lui donne la réponse.

Bon, il faut avouer que se faire suivre comme ça n'est pas forcément la meilleure des choses après tout, mais du point de vue d'Akiba, il n'avait pas l'air de le coller tant que ça et... c'est un endroit parfait pour courir, aurait-il dû s'arrêter une ou deux minutes pour laisser l'homme prendre suffisamment de distance? Quelques idées se bousculent dans sa tête, mais aucune réponse n'aura le temps de sortir avec le coureur énervé ne reprenne la parole. Cette fois, quelque chose semblait clocher dans les dires et gestes de l'individu: il l'aurait entendu? Pourtant, Akiba est arrivé d'un endroit assez dégagé quand il a rejoint le parcours, voyant l'homme passer devant lui et cela devait être réciproque. Sans même parler du fait qu'il est certain d'avoir vu le coureur tourner la tête vers lui au moins une fois lors des dernières minutes de course.

C'est peut-être juste lui qui s'imagine des choses, mais au final, Akiba semble persuadé qu'il y a quelque chose, comme un détail qui lui manque pour comprendre un peu la colère de son interlocuteur. Non pas qu'il a vraiment à y gagner à s'intéresser aux affaires des autres, mais ça mange pas de pain. En tout cas, des excuses sont déjà la première chose qu'il va devoir donner, donc il s'incline légèrement vers le coureur, l'air un peu moins neutre et un peu plus gêné.

Permettez moi de m'excuser, je ne tenais pas spécialement à vous déranger dans votre course, ni même à vous suivre, c'est juste un chemin que j'emprunte régulièrement pour m'entraîner et vous me sembliez tellement concentré que je n'imaginais pas être devenu une gêne pour vous.

A son humble avis, il n'était pas nécessaire de rester plus longtemps ici, alors Akiba commence à se redresser un peu pour reprendre lentement son chemin, mais à peine a t-il fait deux pas qu'il s'arrête. S'il part maintenant, il sait qu'au moins une de ses questions restera sans réponse, une réponse qui pourrait l'aider à s'améliorer. Ce qui l'a fasciné chez cet homme, c'est sa façon de courir, sans laquelle il n'aurait probablement jamais essayé de le suivre machinalement comme il l'a fait. Le jeune homme se tourne donc lentement vers le coureur pour essayer d'obtenir sa réponse, le regardant dans les yeux, espérant ne pas avoir de soucis à demander ça.

La raison pour laquelle je vous ai suivi, c'est votre façon de courir. Vous ne sembleiz être gêné par rien, excepté moi, dans votre course. Que ce soit les spécificités du trajet, les trajectoires à prendre ou même des détails du décor, la façon dont vous courrez est trop... "parfaite" pour que la course que vous faites soit quelconque. Est-ce l'entrainement acharné sur ce parcours qui vous a amené à ce niveau? Ou est-ce autre chose?

Akiba ne s'intéresse que rarement aux gens en général, c'est vrai, mais quand il veut savoir quelque chose, il peut vite devenir une vraie pipelette! Reste plus qu'à voir ce que l'homme face à lui va faire ou répondre..

© PHOENIX O'CONNELL
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: run run run (+akiba)




Revenir en haut Aller en bas

run run run (+akiba)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHITA NO SEKAI :: Au cœur d'Aotoshi :: En périphérie :: Espaces verts-
Sauter vers: