Ashita no Sekai



 

Regan Sergueiovitch Volkov [27%]

 :: Avant de RP :: Présentez-vous, soldats ! Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
You look like I need another beer
Métier : Chasseur.
Avatar : Richard Harmon.

Messages : 2

Points : 27 389 528 (héhéhé ....quoi?)

Parmi nous depuis le : 09/06/2015


Administrateur du forum - Chasseur
Sujet: Regan Sergueiovitch Volkov [27%]
Dim 8 Oct - 20:05

Voir le profil de l'utilisateur








Informations complémentaires
Depuis: Commence sa troisième année en tant que Chasseur.
Réputation: Regan c’est le chewing gum sur lequel tu marches par erreur et qui, en plus de limiter ton allure sur le chemin pavé de la vie, te nique ta paire de pompe favorite. Véritable paratonnerre à catastrophe, il est pour cela communément considéré comme un porte-bonheur par ses coéquipiers.
Arme(s) utilisée(s): Fouet & souba (katana à lames jumelles parallèles).

▬ ft. Richard Harmon

Date de naissance / Âge :
▬ 21 juin 2042 / 23ans.

Nationalité
:
▬ Russe.

Groupe sanguin
:
AK-47.

Groupe
:
▬ Chasseur.

Orientation sexuelle
:
▬ Homoflexible? Opportuniste.

Regan Sergueiovitch Volkov
Physique
Regan est souvent décrit comme étant roux et borgne auprès des personnes ne le replaçant pas (..bien qu'il soit rare qu'on oublie un emmerdeur de ce calibre, ne serait-ce que pour l'éviter) mais mis à part ces deux caractéristiques jurant dans le paysage japonais, le jeune Chasseur se révèle relativement ordinaire. Vous ne trouverez pas chez lui de charisme fédérateur ou de beauté magnétique portée par un leadership naturel et une intelligence acérée. Non. Regan, se démarque plutôt par une attitude désinvolte ponctuée de sourires aiguisés et de rires impertinents. Et par ses yeux peut-être, ses paupières lourdes voilant des iris polaires hérités de son père.

Ses cheveux, eux, sont d'un roux foncé, discret, que beaucoup tendraient à qualifier d'auburn. Nuance qu'il juge creuse et dont il ne s'embarrasse pas, le terme exacte pour définir cette couleur étant loin de le préoccuper. Aux portes de la puberté, Regan abandonna l'idée de dompter ses épis avec une certaine fatalité, ne leur laissant prendre de la longueur que pour mieux les apprivoiser (..sous le regard désapprobateur de son père accusant une crise d'adolescence précoce).

Malgré déjà six années passées au Japon et une pratique régulière de la langue depuis son enfance, Regan conserve une inflexion typiquement russe et un accent particulièrement prononcé sur les « r » (roulés, obviously) ou encore les « o » et « a » qui se confondent en une sonorité à mi-chemin entre ces deux voyelles. Il s'exprime d'une voix fluctuante qui, au détriment de sa dignité, a tendance à dérailler dans les aiguës de manière proportionnelle à l'adrénaline qui l'habite alors.

Regan est gaucher de base mais son père, superstitieux, l'obligea à se comporter comme un droitier pendant de longues années. Ayant pris la fâcheuse habitude de contrarier son géniteur, Regan fini par devenir totalement ambidextre, ce qui se révèle particulièrement utile lorsqu'il est contraint d'utiliser ses deux armes en même temps.

Ectomorphe, sa carrure fait pâle figure face à celles de la plupart des Chasseurs de sa promotion. Cette morphologie inclut un métabolisme rapide qui lui permet de se bâfrer joyeusement sans prendre un gramme, mais en contrepartie sa masse musculaire reste singulièrement discrète. Loin de s'en formaliser, Regan compense cette "lacune" (d'après ses instructeurs) par une agilité parfaitement adaptée à son rôle de leurre sur le terrain. En définitive, il se révèle taillé pour l'endurance et plus instinctif que stratégique, se contentant généralement de suivre les directives de tacticiens plus compétents (non sans contester pour la forme).

Dans l'enceinte de la ville fortifiée, Regan porte souvent un cache-œil du côté droit pour forcer son oeil déficient à traiter une vision périphérique toujours plus large. Cette rééducation imposée lui a permis de réduire considérablement son handicap, mais pour des raisons inconnues, l'œil gauche de Regan peut se mettre à pleurer à tout moment. Son neuropsychologue considère cet effet secondaire comme étant mineur, anodin et par conséquent, négligeable. Une réaction involontaire que Regan juge pourtant intimement humiliante, les larmes étant une marque de faiblesse que son père ne lui avait jamais tolérée.
Caractère
Conçu pour hériter de l'empire économique de son père, Regan fut éduqué de manière stricte, protocolaire, noyé d'une poigne inflexible sous des idéaux dogmatiques et c'est bien avant l'heure qu'il dut alors se comporter comme un adulte car traité comme tel par ses figures d'autorité.

C'est donc tout naturellement qu'en quittant sa mère patrie, Regan est moralement retombé à un stade de rébellion infantile épuisant pour les personnes partageant son quotidien. Il a notamment un problème avec les notions d'espace personnel et d'intimité. Il adopte des comportements que beaucoup jugent inappropriés et se montre souvent trop familier. En clair, Regan est d'un naturel.. envahissant. Un comportement qui découlerait d'un certain isolement social: « Le sang est plus épais que l'eau » ne manquait de lui rabâcher son père tel un mantra « La famille avant tout ». Ainsi, lobotomisé dès son plus jeune âge par les notions d'intérêts et de profits, l'amitié sonne à ses oreilles comme un concept relativement occulte. Regan semble cependant sensible à l'humour acide, aux personnalités marquées qui n'hésitent pas à exhiber un univers particulier. À l'inverse, les bien-pensants l'irritent au plus haut point.

L'imagination débordante et peu enclin à assumer de ses erreurs, Regan a tendance à échafauder des théories conspirationnistes pour justifier les événements lui tombant dessus. Il s'imagine également pouvoir discerner des mensonges basiques (pour lui deux "oui" prononcés à la suite expriment une négation et inversement) et est ponctuellement victime de sa malchance congénitale: en véritable paratonnerre à catastrophe, il est pour cela communément considéré comme un porte-bonheur par ses coéquipiers.

Les plus grands bouleversements de sa vie étant majoritairement causés par l'intervention d'enfants, Regan les évite comme la peste et semble étrangement régresser en leur présence (..un peu comme s’il voulait garder le monopole de la puérilité).

Regan peut aussi se montrer extrêmement buté: laissez sous-entendre qu'il est incapable de réaliser quelque chose et vous pouvez être sûr qu'il fera tout pour vous donner tort par pur esprit de contradiction. Cette ennuyeuse habitude lui a déjà valu d'innombrables péripéties: allant d'un séjour aux urgences après s'être déboîté l'épaule gauche pour prouver que SI, il pouvait parfaitement lécher son coude, à cette histoire. Celle que vous vous apprêtez à découvrir, celle qui le mena jusqu'à la base Anos.

En résumé: Regan c'est l'immaturité assumée, presque l'inconscience par moment. Regan est sans filtre, sans gêne. Regan est insolent. Mais surtout, et ne n'oubliez jamais: Regan vous emmerde.


Pseudo : Zed.
Âge : 26ans.
Commentaire :

A votre propos


CHAPITRE I



« L'EXIL »

Lieu: Moscou
Date: 29 juillet 2059

— Pouet —



CHAPITRE II



« LE FLÉAU »

Lieu: Vladivostok
Date: 10 août 2059

— Toujours pas —



CHAPITRE III



« LE PLAN »

Lieu: Vladivostok
Date: 17 aout 2059

— Non là non plus —



CHAPITRE IV



« LE STYLO »

Lieu: Sakaiminato
Date: 10 septembre 2059

— Plus bas peut-être —



CHAPITRE V



« LA DÉTENTION »

Lieu: Fuchū
Date: 21 février 2060

— Non pas celui-là non plus —



CHAPITRE VI



« LE FAILURE FOX »

Lieu: Aotoshi
Date: 4 juillet 2061

— ..un tout petit peu plus —



CHAPITRE VII



« ANOS »

Lieu: Aotoshi
Date: 7 mars 2062

— Allez, fais moi confiance —



CHAPITRE VIII



« L'EXAMEN FINAL »

Lieu: Aotoshi
Date: 29 décembre 2062

— C'est pas celui-là mais presque —



CHAPITRE IX



« YOU'RE WELCOME »

Lieu: Aokigahara
Date: 16 juin 2064

C'était la merde.

Une épidémie d'origine inconnue avait fait des ravages dans la préfecture de Yamanashi, réduisant drastiquement les effectifs de Chasseurs alors qu'un typhon venait de dévaster la région. Regan faisait partie des renforts envoyés par Anos, mais les dégâts étaient tels que son unité fût divisée dès son arrivée pour compléter les escouades déjà en place.

De nombreux villages restaient encore coupés du monde. Quelques hélicoptères de Cavaliers avaient été réquisitionnés pour ravitailler les communes les plus en détresses, mais dans un souci d'économie la majorité des convois étaient au sol, encadrés par les Chasseurs en sous effectifs. Regan, lui, avait dû rejoindre trois autres Chasseurs locaux assignés à la protection de bûcherons aux abords de la forêt d'Aokigahara.

Le dispositif était léger, ils étaient quatre pour une quinzaine de civils mais les derniers relevés du SSSN indiquaient une migration massive des chimères vers le nord depuis la tempête. C'est là haut que le plus gros des troupes était déployé, toutes les académies s'étant accordé pour envoyer leurs meilleurs éléments sur ce front.

..ce que Regan n'était pas, mais à choisir, il aurait préféré en faire partie; Il pouvait combattre les chimères, le virus, lui, était un ennemi invisible. Les services sanitaires l'expliquait par une mutation dûe à la putréfaction des cadavres des chimères, et pour seul rempart, Regan n'avait reçu qu'une batterie de vaccins préventifs sans aucune certitude de leurs efficacités.

Outre le déblaiement des voies, il fallait profiter de ce répit accordé par les chimères pour rapidement reconstruire, quitte à passer sur certaine superstition car Aokigahara n'était pas que dense et lugubre, elle était aussi réputée maudite.

Et Regan ne put que valider ce dernier point quand une formation d'Ikens les pris soudainement par surprise.

Deux des bêtes se firent intercepter par les Chasseurs avant qu'elles n'aient pu atteindre qui que ce soit. Regan s'occupa d'une troisième les attaquants à revers qu'il réorienta habilement auprès du dernier Chasseur libre tandis que les fusées de signalisation rouges fendaient le ciel, prévenant les civils aux alentours d'un affrontement.

Il se tourna ensuite vers la horde d'ouvriers paniqués qui se battaient pour se réfugier dans les engins de chantier. Regan, impuissant, réalisait qu'il n'avait pas l'autorité nécessaire pour ce genre de conneries. Il avait beau hurler au calme, personne ne lui prêtait attention. Pire, l'agitation excitait les chimères qui redoublaient de feintes pour rejoindre la mêlée.

Regan dû assommer à la hâte un ouvrier qui venait d'empoigner une tronçonneuse avant qu'il donne des idées à ses collègues. Il se demanda vaguement s'il recevrait un blâme pour son geste quand il repéra deux autres hommes se détacher du groupe, fuyant en direction du sentier qui menait au village.

..alors qu'une nouvelle silhouette fauve bondissait hors des sous-bois à leur poursuite.

C'était. La. Merde.

Son geste parti malgré lui. Regan claqua son fouet autour d'une patte du monstre comme il l'aurait fait pour le renverser à terre d’une traction, mais son réflexe n'était pas du tout adapté pour stopper un Iken lancé à pleine vitesse. Alors qu'il se faisait déjà emporter par l'élan de la chimère, Regan réagit en dégainant son katana qu'il planta de toutes ses forces dans le sol pour renforcer sa prise.

Nouvelle erreur, Regan se fit écarteler net. Un craquement sinistre et une douleur fulgurante lui fit instantanément lâcher prise en lui arrachant un cri. La bête, déstabilisée, s'effondra en emportant le fouet du Chasseur dans sa chute alors que ce dernier réalisait avec horreur qu'il venait de se déboîter l'épaule droite.

La panique des civils escalada face à la scène et Regan dut lutter pour ne pas perdre connaissance. Il se força à se redresser, clignant des yeux pour virer les tâches blanches qui obstruaient sa vision. Il dut s'y reprendre à deux fois pour récupérer son souba profondément ancré dans le sol. La chimère, elle, s'était déjà redressée, feulant de rage en découvrant le responsable de sa chute.

Il hésita une seconde, son regard déviant inconsciemment sur son fouet à mi-chemin entre lui et le monstre, mais avec un bras hors jeu, sa meilleure option restait le katana.

L'hystérie ambiante le poussa à prendre les devant, il devait garder l'attention de la chimère focalisée sur lui. Alors, ignorant la douleur, il provoqua la bête d'une fausse charge et quand celle-ci s'élança finalement, il prit la fuite.

Il s'enfonça dans le sous bois pour ralentir le sprint du monstre tout en l'éloignant des ouvriers qu'il livrait maintenant à eux-même. Ambitieux ou affamés, les Ikens n'avaient pas hésité à les attaquer malgré leur sous-nombre, et il ne pouvait qu'espérer qu'aucune autre ne soit tapis dans l'ombre.

Le terrain était irrégulier, accidenté mais pas inconnu. Regan avait passé ces trois derniers jours sur ce secteur et comptait bien utiliser cet avantage. Les arbres en lisière étaient trop fragilisés par la tempête pour tenter de prendre de la hauteur et se tenir hors de portée risquait de lasser la bête qui pourrait alors décider de revenir sur ses pas pour s'attaquer aux cibles faciles qu'étaient les civils. Il allait devoir prendre des risques, et la distraire assez longtemps pour qu'un de ses équipiers se libère et prenne le relais.

C'est seulement à cet instant qu'il réalisa qu'il ne les entendait pas à travers sa radio. Soit ils ne communiquaient pas entre eux - ce qui se révélerait surprenant - soit ils étaient sur un autre canal, et Regan penchait pour la seconde option: c'était typiquement le genre de bizutage qu'opéraient les escouades de Yamanashi sur les éléments d'Anos.

Et c'était franchement malvenu.

Il ne connaissait pas les capacités de ses nouveaux équipiers, leurs qualités, leurs défauts, leurs moyennes. Rien pour l'aider à estimer le temps qu'il leur faudrait pour tuer leurs chimères respectives et il ne pouvait pas se permettre de revenir trop tôt sans risquer de remettre en danger les ouvriers.

Génial. Magnifique. Merveilleux.

La chimère gagnait dangereusement du terrain et il s'éloignait déjà trop de la clairière où avait lieu le combat principal. Regan était prêt à amorcer un long et laborieux virage pour se remettre dans la bonne direction quand une autre idée lui traversa l'esprit: D'un coup de garde à sa ceinture, il réorienta ses pistons vers l'arrière avant d'actionner ses grappins. Le câble se ficha dans un tronc, tractant brusquement Regan dans le sens opposé. La bête dérapa sur des amas de racines entrelacées dans un grondement de frustration, ce demi-tour surprise lui faisant  considérablement perdre de son élan.

Mais elle ne se laissa pas distancer et bientôt Regan dû envisager de reproduire sa manoeuvre. La deuxième fois qu'il actionna ses grappins, la chimère se servit d'un tronc comme tremplin et le Chasseur ne put s'en prendre qu'à lui-même. Il l'avait sous-estimé. Les Ikens étaient connues pour être des pro du virage serré, sur terrain dégagés certes, mais connasses étaient aussi réputées pour leur capacité d'adaptation redoutable.

Regan devait se montrer imprévisible, ce qui lui était pénible dans son état. Il épuisait déjà énormément d'énergie à ignorer les signaux d'alarmes que lui lançait son corps, brouillant ses pensées, sa coordination, sans compter son bras ballant qui gênait ses mouvements.

Et la bête était trop près, bien trop près.

Regan accéléra tout en mettant le plus d'obstacles possible sur son passage. Il pensait pouvoir tirer avantages de la forêt plus longtemps mais il devait se rendre à l'évidence: revenir auprès de ses coéquipiers restait l'option la plus raisonnable.

Seulement, après deux volte-faces, il se trouvait de nouveau dos à la clairière.

Il prit alors la direction des stères de bois empilées par ses ouvriers le matin même. Elles n'avaient pas encore été fixées et Regan savait qu'elles ne supporteraient pas la force d'un demi-tour de la chimère si elle s'en servait pour se propulser. Alors, quand il fût assez proche, il actionna ses grappins pour la troisième fois.

Mais ce coup-ci, une patte puissante l'intercepta.

La bobine de fils de carbone craqua et Regan fut projeté sur les rondins qui lui barraient la voie quelques instants plus tôt. Il n'eut pas le temps de comprendre ce qui lui était arrivé que la bête se précipitait déjà sur lui. Il ne réfléchit pas et passa par dessus la pile de souches, dégringolant quatre mètres plus bas dans une des tranchées creusées par les éboulements de la tempête.

Évidemment, comme l'avait supposé Regan, les stères ne supportèrent pas le poids de l'Iken et le tout se disloqua dans un grondement sourd. Le souffle coupé par sa chute, Regan eu tout juste le temps de rouler entre deux rochers et de se protéger le visage de son bras valide avant d'être totalement enseveli.

Il y eu un moment de flottement, où le Chasseur découvrit avec effroi que son bras armé était bloqué par dessus son épaule droite, lui barrant le visage alors que L'Inken, après s'être ébroué, cliquetait déjà à la recherche de sa proie.

Il ne lui fallut que quelque instant pour le repérer de nouveau, et c'est avec euphorie qu'elle commença à dégager les bûches à grands coups de griffes.

Regan tenta de calmer sa respiration. Sa marge de manoeuvre était plus que réduite, il devait se tenir prêt. Lorsque le rondin qui bloquait son souba se souleva soudainement, le bras de Regan fusa.

A l'aveugle, il frappa de toutes ses forces avec la garde de son katana qui atteignit la gueule de la bête. Le choc explosa la mâchoire inférieure de l'Inken qui se décrocha pour voler hors du champ de vision du Chasseur.

Regan ne put cacher sa surprise, mais son étonnement fut rapidement balayé par le hurlement de l'Inken qui lui glaça le sang. Il profita du bond qu'elle fit en arrière pour se hisser hors de sa cavité. Mais avec un bras inerte et l'autre soudé à son katana il ne put dégager que la moitié de son corps avant que la bête furieuse ne lui fasse de nouveau front.

Sa langue pendait mollement sur son poitrail ensanglanté. Telle une promesse de mort, un grognement guttural sortit du fond de sa gorge et l'instant suivant, elle se jetait sur lui.

Le Chasseur para du tranchant de ses lames jumelles, tailladant profondément les pattes avant de l'Iken qui se cabra pour s'en dérober. Une pluie vermeille s'abattit sur Regan alors que la bête le dominait de toute sa hauteur et il réalisa à la courbure de son dos qu'elle s'apprêtait à le défoncer d'un coup de crâne. Il se contorsionna sur sa droite, évitant de justesse la masse qui s'écrasa dans son dos. D'un nouveau revers, il visa le flanc de la bête qui s'écartait déjà. Il l'atteignit néanmoins, décrochant un feulement furieux de l'Inken qui lui donna l'angle parfait pour en finir. Il réorienta brusquement son arme et dans un cri de rage, la planta de toutes ses forces à travers le palais à découvert de la chimère.

Les lames traversèrent le crâne du monstre dans un choc qui résonna tout le long de son bras et le temps sembla soudainement s'arrêter.

L'Inken vacilla, ses membres se dérobant sous son poids. Regan savait qu'il avait traversé son système nerveux central mais il maintenait quand même sa prise. Plus la bête s'affaissait, plus elle s'empalait sur son souba en crachotant.

La langue poisseuse du monstre tressailli contre son bras alors qu'un dernier souffle putride lui caressait le visage et bientôt, le Chasseur n'entendit plus que les battements frénétiques de son propre coeur pulser à ses oreilles.

Il sortit brutalement de sa torpeur en reprenant sa respiration. Il devait bouger, l'odeur du sang pouvait attirer d'autres chimères.

Il s'extirpa de sa niche et prit appuie d'une jambe sur le crâne de la bête pour en désencastrer son katana. Fébrile, il trébucha deux fois en remontant le talus. Il se détourna assez vite du sentier, préférant couper à travers bois pour rejoindre plus rapidement ses coéquipiers. Sa démarche était nerveuse, ses sens en alertes et c'est seulement lorsqu'il aperçut la clairière qu'il s'autorisa à ralentir, à respirer, à décompresser.

..un peu trop peut-être.

La poussière soulevée par l'affrontement lui chatouilla les narines alors qu'il passait la lisière et un éternuement lui échappa. Son pied dérapa sur de la mousse humide et il s'écrasa au pied d'un engin de chantier dans un cri étranglé, manquant de peu un Chasseur qui avait eu le réflexe de s'écarter d'un bond. Regan esquissa un sourire à l'homme qu'il avait failli entraîner dans sa chute mais il ne reçut qu'un regard accusateur en retour. Un des ouvriers agonisait à grand bruit, réclamant sa mère en tentant de renfourner une poignée d’entrailles visqueuses d'une blessure béante à son ventre.

..et l'adrénaline de Regan s'évapora soudainement pour ne laisser place qu'à des douleurs éparses et une extrême fatigue.

C'était de leur faute, pensa-t-il sombrement en dénouant enfin ses doigts de son katana qu'il délaissa entre ses jambes. Ils avaient eu une chimère chacun et il n'avait pas laissé la sienne blesser un civil, lui. Mais il ferma sa gueule et laissa couler. Déjà parce qu'il n'en avait pas la force, ensuite parce qu'il le savait, cela n'avait rien de personnel. Les renforts envoyés par Anos avait été très mal accueilli par les Chasseurs locaux. L'administration de Yamanashi avait fait tout son possible pour calmer les tensions mais leurs escouades couvaient, face à la base la plus prestigieuse du pays, un complexe d'infériorité qui se ressentait dans chaque interaction. Il était facile de faire passer les éléments dispersés d'Anos pour des tocards en refusant implicitement de les intégrer. Ils voulaient prouver qu'ils n'avaient pas besoin de l'aide de l'Élite. Ils voulaient prouver leurs valeurs.

Et Regan ne voulait pas participer à ce concours de bites. Ou tout du moins, pas sans son public habituel.

Il poussa un profond soupire en essuyant le sang qui coulait le long de sa joue. Il était encore dans un sale état, loin, très loin des images glorieuses diffusées par le SSN. Il n'avait pas envie de se lever, même pour aller chercher son fouet. Il avait mal partout. Les propriétés anesthésiantes de l'adrénaline s'étaient totalement dissipées maintenant, et en cet instant, il aurait voulu que sa suggestion d'intégrer des shoot de morphine dans l'Hunteart ait été étudiée.. Le pôle technologique entier lui avait ri au nez, arguant que le SSSN ne prendrait jamais le risque de laisser leurs précieux héros nationaux se transformer en camés. Mais Regan était du genre borné et il n'abandonna que lorsqu'il fût recadré par un mail de la direction lui certifiant que le choix de délivrer une dose ou non relèverait toujours de la responsabilité des Cavaliers.

..OK, MAIS ILS ÉTAIENT OÙ CES ENCULÉS LÀ??

C'était à peine s'il pouvait entendre les pals de leur hélicoptère à travers les sanglots de l'ouvrier.

Il voulut soupirer à nouveau mais même ça devenait douloureux. Il tâtonna son torse du bout des doigts pour déterminer les contours de l'hématome violet qu'il s'imagine trouver là où l'Inken avait frappé pour l'intercepter. Avec un peu de chance, il avait une côte fêlée. Il lança un regard las à son épaule démise, espérant secrètement que le tout suffirait à le renvoyer à Anos.

Parce qu'il voulait retrouver son escouade..

Il voulait qu'on se foute de sa gueule après qu'il se soit lamentablement vautré. Il voulait qu'on le bouscule, mais l'air de rien, qu'on le force à se relever. Il voulait entendre fuser les piques habituelles qu'ils se lançaient entre eux. Celles qui voulaient dire "content d'voir que t'es pas mort". Il voulait retrouver l'effervescence qui caractérisait la fin de leurs affrontements et quitter cette ambiance de deuil perpétuel qui l'entourait depuis qu'il était dans cette préfecture maudite. Il voulait retrouver la famille dysfonctionnelle qu'il s'était fabriqué au sein de sa promotion. Il voulait rentrer..

Chez lui.






You thought I was the crazy one huh

Hebergeur d'image
Revenir en haut Aller en bas

Regan Sergueiovitch Volkov [27%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» VOLKOV ♦ sois petit comme source et sois grand comme fleuve.
» famille volkov (humains/loups)
» Lycans - {3/5 Libres}
» Carter White O'Regan | Visored at Las Noches (En cours)
» Enaya a. Demavend ♢ In a far away kingdom ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHITA NO SEKAI :: Avant de RP :: Présentez-vous, soldats !-
Sauter vers: