Ashita no Sekai



 

SHE GAVE ME A CHANCE TO LIVE. [AKIBA]

 :: Au cœur d'Aotoshi :: En périphérie :: Cimetière Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Féminin

Age : 22
Métier : Ingénieure en technologie robotique

Avatar : Suda Ayaka - Original Art
Messages : 9
Points : 45
Parmi nous depuis le : 28/10/2018

Sujet: SHE GAVE ME A CHANCE TO LIVE. [AKIBA]
Mar 27 Nov - 23:14

Voir le profil de l'utilisateur




Informations complémentaires
Depuis: Peu de temps.
Réputation: Harpae subit la réputation sinistre de sa mère au sein du SSN, du moins auprès de la majorité des employés. Mais elle s'en fiche. Harpae est droite, fière, et ne se laisse pas démonter pour si peu. Elle est glaciale, mais c'est ce qui fait son charme. Harpae est mystérieuse et sensuelle, mais pique de son venin quiconque s'approche trop près de ses épines.
Arme(s) utilisée(s): Tout ce qu'elle trouve sous la main, si elle se sent en danger.

SHE GAVE ME A CHANCE TO LIVE
AND NO ONE WILL TAKE IT AWAY
Harpae soupire. De ses grands yeux gris, elle porte son attention sur l'immense fenêtre qui domine son atelier, reflétant toute sa lumière dans la pièce albâtre. Le Phare domine la ville à lui seul, illuminant les bâtiments de sa vive lumière bleue. Et Harpae reste plantée là, devant ses petits robots qu'elle chérit tant. Au moins, ils sont de meilleure compagnie que les humains - et surtout beaucoup plus intéressant.

La belle regarde sa montre et semble esquisser un sourire du coin de ses lèvres rouges. Peut-être car aujourd'hui n'est pas n'importe quelle journée. Ou du moins, pas pour Harpae. Elle retire sa blouse, avant de franchir le vestiaire, vide. Plus personne n'est dans le bâtiment. Enfin, il semblerait que ses collègues aient déserté le lieu un peu plus tôt que prévu. Après tout, Harpae n'inspire par vraiment confiance au SSN.

Sa sinistre réputation n'est plus à faire. Et la belle aime profiter de la situation. Une mauvaise réputation signifie que tout le monde - ou presque - l'évite dans le bâtiment. Inspirer la peur, c'est ce qui la rend vivante. Personne n'ose l'approcher, et c'est bien mieux comme ça. Elle glousse, avant de retirer délicatement sa veste. Son bandage est encore là, ornant sa hanche. La douleur s'est calmée, récemment.

Les nuits d'Harpae se font plus tranquille, et elle n'a pas à s'inquiéter de la douleur - en tout cas, à court terme. Il lui reste encore une fiole de vaccin, au fond de son sac. Avec ça, elle peut encore tenir à minima deux semaines, pas plus. On dirait bien qu'une petite visite en ville rouge s'impose, histoire de faire coucou à maman et sa contrebande. La jeune femme s'habille en vitesse, sans faire de mouvements trop brusques. D'un coup de main, elle saisit son sac, le pose sur son épaule, et quitte la pièce. Dans le couloir, seul le bruit de ses talons vertigineux se fait ressentir.

Les rares collègues à la croiser se contentent de raser les murs, et Harpae n'en est pas peu fière. Son charisme est incroyable, à tel point que personne n'ose la regarder dans les yeux, sûrement par peur de se faire transformer en statue, qui sait. Sa silhouette élancée et féline marche paisiblement dans le bâtiment, ses longs cheveux gris attachés lui courbant l'échine d'une délicatesse et d'une beauté sans nom.

Des murmures parviennent à ses oreilles, elle tourne la tête et le bruit semble s'effacer, pas à pas. Harpae s'empresse de sortir du bâtiment, la mine contrariée. Une rumeur court au SSN en ce moment. Selon certains dires, il existerait un chasseur ayant sauvé une jeune femme il y a quelques années de cela - mais là n'est pas le problème. Non. Le problème, c'est que ce sauvetage possède une archive, à la bibliothèque du SSN. Et qu'il est fort probable que certains de ses collègues - ou pire, des chasseurs ou apprentis en formation - tombent sur cette vidéo et fassent le rapprochement avec Harpae. Et ça c'est très, très dangereux.

Harpae a déjà visionné cette vidéo, maintes et maintes fois. Il s'agit bien d'elle, se faisant sauver alors que la chimère qui l'a attaqué a fui devant l'attaque de son sauveur. Sur cet enregistrement, elle était beaucoup plus jeune - et donc moins reconnaissable. Mais certains traits ne trompent pas. La belle n'a jamais réussi à se procurer la vidéo ou à l'effacer les données, par mesure de sécurité. Si jamais ses collègues apprenaient la vérité... Harpae en frissonne d'avance.

Quelque peu déstabilisée par ses rumeurs, elle baisse le regard et avance dans la ville, avant de rejoindre le cimetière en transports en commun. Il semblerait que quelqu'un l'attende, là-bas. Arrivée à destination, Harpae arpente les tombes, une à une, avec un certain respect. Bien qu'elle n'ait pas les mêmes croyances que le plus grand nombre, elle respecte les morts bien plus que les vivants. Elle se penche sur l'une d'entre elle, une rose à la main. Elle dépose la fleur délicatement sur l'édifice, avant de prendre la parole de sa voix douce.

Désolée du retard, Kaori... j'avais des petites choses à peaufiner avant de venir te voir. Mais je suis là maintenant, tu n'as plus à t'inquiéter.

Ses doigts fins effleurent la pierre tombale, et son sourire semble tout à coup disparaître, les yeux vides, contemplant la sépulture avec regret et tristesse. Le temps semble se couvrir, petit à petit. Harpae tente de se relever, avant d'entendre un bruit, quelques pas derrière elle. Prise d'une colère, elle se lève et jette un oeil sur le bruit perturbateur avant de crier.

Fichez moi la paix !

Mais quand elle s'aperçoit de sa méprise, Harpae semble d'un coup bien gêné.




« i was in the wrong place at the wrong moment. »

(c) Myuu.BANG!

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin

Métier : Apprenti

Messages : 29
Points : 146
Parmi nous depuis le : 25/10/2018

Sujet: Re: SHE GAVE ME A CHANCE TO LIVE. [AKIBA]
Lun 7 Jan - 3:29

Voir le profil de l'utilisateur




Informations complémentaires
Depuis: Deux mois.
Réputation:
Arme(s) utilisée(s): Epée longue appartenant à son père.

















She gave me a chance to live [Harpae]
Rares sont les fois où Akiba s'accorde une journée pour penser à autre chose que son futur, non pas qu'il déteste repenser au passé, mais cela ne lui apporte qu'une espèce de malaise intérieur en repensant à tout ce qu'il a pu se passer ces dernières années. Lui, enfant, comment aurait-on pu lui annoncer qu'il finirait par devenir adulte avant l'heure? Qu'il aurait la responsabilité de devoir gérer sa soeur et de tout faire pour qu'elle puisse rester dans une ville bleue, à l'abri et surtout loin de ces monstres qui leur ont fauchés leurs parents? Personne ne peut accepter ça, encore moins un enfant. Mais à présent, l'enfant a bien grandi... Le voilà capable de quelques prouesses dans sa formation d'apprenti chasseur, de vivre sa vie comme il l'entend, même s'il veut la dévouer à protéger sa soeur et autrui, tout cela n'aurait pas été possible sans le sacrifice de ses deux parents malheureusement.

Aujourd'hui n'est pas une date anniversaire, ce n'est qu'un jour aléatoire dans le calendrier, mais son coeur a surement pris le dessus sur sa raison pour une fois. Plutôt que d'aller courir puis de s'entraîner ou d'étudier à ôter la vie des ennemis de l'humanité, il va plutôt enfiler une de ses tenues préférés: une chemise mauve dont seul le col dépassera, cachée sous une veste noire en tissu et un pantalon de la même texture et couleur. Dans cette tenue, difficile de l'imaginer se rendre à un événement joyeux: aujourd'hui, il va rendre visite à ses parents au cimetière.

Le jeune homme aurait pu demander à sa soeur si elle souhaitait l'accompagner, mais ce n'était peut-être pas la peine de la sortir brusquement de son cocon pour l'amener à se recueillir sur une tombe. S'y rendre seul est probablement plus sage, surtout vu le temps qu'il fait actuellement: des nuages gris sont dessinés dans le ciel, peu de chance qu'une quelconque éclaircie daigne se montrer dans les heures à venir. Un parapluie placé juste sous le bras, un dernier coup d'oeil à son appartement vide et Akiba quitte son domicile pour se mettre en route.

Sur le chemin, l'apprenti chasseur garde son expression neutre, mais son esprit lui joue de vilains tours en ramenant des images des derniers instants en vie de sa mère, lui qui l'a vu mourir sous ses propres yeux avec la mission de sauver sa petite soeur. Sa mère... elle adorait les orchidées, peut-être que lui en ramener lui ferait plaisir, bien qu'elle soit dans l'au-delà. Akiba décide de faire un petit détour pour trouver un fleuriste, histoire de ne pas arriver les mains vides, et autre chose qu'un coeur rempli de regrets, devant la tombe de ses parents. Quelques minutes lui suffiront pour acheter un petit bouquet, pas trop étoffé, juste quelques fleurs tenues dont les tiges sont tenues par une petite corde.

J'espère qu'elles te plairont, je n'ai jamais été très doué pour les choisir...

Est-ce le ciel ou son coeur qui se couvre? Akiba ne sait pas le dire, mais tout lui semble être de plus en plus gris autour de lui. Garder son air neutre devient un peu compliqué, mais il a appris à faire avec, pour éviter que sa soeur ne se sente coupable elle aussi de ce qui a pu se passer le jour de l'attaque des Chimères. Il doit réussir à se contenir au moins jusqu'au moment d'arriver au cimetière, peut-être que la pluie lui permettra de dissimuler... Non, il ne pleurera pas, il se l'est promis, qu'importe qu'il soit seul à cet instant ou non.

Le hasard fait parfois mal les choses: lorsqu'Akiba arrive dans le cimetière, il laisse un grand soupir s'échapper en se disant qu'il n'a plus besoin de garder un visage neutre pour les derniers mètres qu'il lui reste à faire. C'était sans compter sur la présence d'une présence sur la rangée juste devant celle de la tombe de ses parents. Dans le plus grand silence, le jeune homme s'approche sans dire un mot, si ce n'est pour que quelques instants après, la personne, une femme de son âge, se retourne brusquement pour lui crier de la laisser tranquille.

A cet instant, il pourrait rétorquer violemment qu'elle est cinglée ou lui aussi laisser sortir ses émotions, mais le contact entre leurs regards lui fait comprendre quelque chose: ils ont tous les deux le regard vide. Ce ne sont que deux âmes en peine à ce moment précis, où même le ciel partage leur tristesse, alors plutôt que de s'énerver, en la voyant gênée de ses paroles, Akiba s'approche lentement d'elle, le bouquet de fleur dans sa main gauche, et pose délicatement sa main droite sur son épaule, en la regardant dans les yeux pour lui dire calmement:

Je doute connaître votre douleur, mais je pense partager ce sentiment qui vous habite, malheureusement...

Un bref regard sur une tombe un peu plus éloigné pour désigner la tombe de ses parents, alors que son expression neutre finit par lentement se fissurer pour laisser un visage triste et amer apparaître. Il retire tout aussi délicatement sa main avant de regarder la jeune femme à nouveau: elle est vraiment très belle, ses yeux gris le sont également, mais ils sont vides de la même façon que les yeux turquoises d'Akiba peuvent l'être.

Rester planté là face à elle risque de mettre l'inconnue dans une situation difficile, alors il s'apprête à reprendre son chemin lorsqu'il aperçoit la rose déposée sur la tombe d'une prénommée "Kaori". Un bref sourire s'esquisse sur les lèvres du jeune homme avant de retomber, demandant avec une voix qui essaie de dissimuler tant bien que mal la tristesse et les regrets qui sont en train de revenir:

Pensez-vous que les morts sont vraiment content des visites que nous pouvons leur rendre? Je ne sais jamais si c'est eux que je viens voir ou les souvenirs que j'en ai...

Akiba ne sait nullement si cette demoiselle va lui répondre, mais dans tous les cas, personne ne lui en voudrait de ne pas le faire vu le sujet ou l'endroit...

© PHOENIX O'CONNELL
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin

Age : 22
Métier : Ingénieure en technologie robotique

Avatar : Suda Ayaka - Original Art
Messages : 9
Points : 45
Parmi nous depuis le : 28/10/2018

Sujet: Re: SHE GAVE ME A CHANCE TO LIVE. [AKIBA]
Dim 13 Jan - 1:15

Voir le profil de l'utilisateur




Informations complémentaires
Depuis: Peu de temps.
Réputation: Harpae subit la réputation sinistre de sa mère au sein du SSN, du moins auprès de la majorité des employés. Mais elle s'en fiche. Harpae est droite, fière, et ne se laisse pas démonter pour si peu. Elle est glaciale, mais c'est ce qui fait son charme. Harpae est mystérieuse et sensuelle, mais pique de son venin quiconque s'approche trop près de ses épines.
Arme(s) utilisée(s): Tout ce qu'elle trouve sous la main, si elle se sent en danger.

SHE GAVE ME A CHANCE TO LIVE
AND NO ONE WILL TAKE IT AWAY
Il se tient là. Debout. Imposant de par sa taille, mais surtout de par son geste, qu’Harpae semble déplacé. Mais elle ne dit rien. La belle islandaise semble perdue. Le contact humain, ce n’est pas son domaine de prédilection. Et pourtant : le geste de ce parfait inconnu semble stimuler quelque chose en elle. Geste qu’Harpae considère, malgré elle, comme réconfortant dans un moment aussi dur. Elle ne l’avouera sûrement jamais, mais le comportement de ce charmant inconnu semble lui faire du bien - la perte de Kaori est encore trop fraîche pour son coeur meurtri.

Les mots semblent inutiles. Elle l’écoute parler, semble boire ses paroles avant de se noyer dans ses grands yeux d'un bleu céruléen. Ils sont si beaux. Harpae semble se remémorer ses moments passés sur les plages de sable noir d'Islande, où la mer glaciale frappe de plein fouet les roches volcaniques de sa colère. Ses yeux ont la même nuance. Mais la différence est évidente : ils sont vides. Aucune émotion ne semble transparaître - c'est un lac limpide, d'une couleur unique mais sans reflet. Comme si la mort et le désespoir avait annihilé toute vive émotion de son propriétaire.

Comme ceux d'Harpae.

Votre regard en dit long sur la douleur qui vous habite. Tout comme la mienne.

Elle suit du bout des yeux la direction de l'inconnu, qui semble fixer une pierre tombale, quelques mètres plus loin. Perdre un être cher est la pire sensation qui puisse exister. Du moins, c'est ce qu'Harpae définit comme "souffrance" réelle. C'est sûrement le cas de ce jeune homme, qui semble bien trop candide pour perdre un proche. La vie est injuste. Si celui qui se fait appeler Dieu existe vraiment, alors il doit sûrement rire des pauvres humains, qui rampent et tentent de se relever.

Aux yeux d'Harpae, les morts ont une valeur bien plus importante que les vivants. Ils sont perdus entre deux mondes, ils errent et cherchent désespérément la voie qui les mènera à la paix intérieure. Des âmes en peine, qui attendent leur révérence une bonne fois pour toute. Harpae essaie de communiquer avec eux, quand elle peut le faire. Mais cela demande bien plus de patiente que ce que l'on croît. Une âme en peine veut être aidée, alors qu'une âme en colère cherche la vengeance.

Les souvenirs sont éphémères et finissent par disparaître. Mais l'amour que vous leur portez, lui, ne disparaîtra jamais. Harpae touche son coeur, et croise les doigts sur sa poitrine. Les morts sont heureux, car ils savent que nous ne les oublieront jamais.

La douleur dans la poitrine d'Harpae se serre de plus en plus. Kaori. Elle était la douceur incarnée, une femme d'une grande beauté intérieure. Elle aimait la vie, bien plus que personne. Quelques larmes d'échappe des yeux grisâtres de la belle, qu'elle tente d'essuyer du revers de la main. C'est trop dur. Une vie sans elle, Harpae n'en veut pas. Elle l'aime tellement. La belle se souvient de ses lèvres aussi douces que la soie d'un kimono, de ses longs cheveux noirs ébènes qui brillaient sous les néons. De son enveloppe charnelle, frêle et fragile, qui méritait la plus grande des attentions.

Kaori était... ma muse. La voix d'Harpae se serre. Ma compagne. Harpae sort une photo de la poche de son long manteau noir, une photo d'elle et de Kaori.




« i was in the wrong place at the wrong moment. »

(c) Myuu.BANG!

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: SHE GAVE ME A CHANCE TO LIVE. [AKIBA]




Revenir en haut Aller en bas

SHE GAVE ME A CHANCE TO LIVE. [AKIBA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Live your dreams
» Antoine de Petiteville « There's a season for the Kings to live, we watch it »
» WWE LIVE - Vendredi 15 novembre au Dôme, à Marseille
» [Date A Live] Présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASHITA NO SEKAI :: Au cœur d'Aotoshi :: En périphérie :: Cimetière-
Sauter vers: